« Nous n’héritons pas de la Terre de nos parents, nous empruntons celle de nos enfants. » Sagesse indienne

Soupe de plastique

Luttons ensemble contre la pollution de plastique

Beaucoup ne le savent pas, mais chaque année près de 10% des 100 millions de tonnes de plastique produites par l’humanité -soit 10 Millions de tonnes par an- finissent dans les océans pour former des plaques « de soupe de plastique » gigantesques.

En 50 ans à peine, les océans sont devenus des décharges et il n’existe désormais plus un seul kilomètre carré d’océan sans la présence de milliers de bouts de plastique. Ils dérivent au gré des courants marins, constituant une pollution massive. Sur les plages du monde entier, chacun peut faire le constat de l’apparition croissante de déchets plastiques de toutes tailles sous nos pieds.

De la Méditerranée à la Mer du nord, de l’Atlantique au Pacifique, du continent Américain à l’Inde, des scientifiques tentent d’alerter sur l’ampleur de ce phénomène mondial tristement baptisé : Les continents de plastique.

« Un continent de plastique » reportage de Arte Future expliquant le problème des déchets de plastique dans les océans »

La problématique

Qu’ils soient directs ou indirects, il y a de nombreux impacts désastreux au problème des déchets plastique :

  • Une insupportable pollution visuelle sur les plages du monde entier …sachant que ce qui se voit ne correspond qu’à une infime partie des rejets, la plupart étant sous l’eau et/ou au milieu des océans.
  • Un nombre incalculable d’animaux marins qui meurent étouffés par les déchets variés qu’ils confondent avec leur nourriture.
  • Ces plaques de plastique servent de support à l’implantation de nouvelles espèces invasives et bouleversent certains écosystèmes.
  • Le plastique ne se biodégrade pas mais se micro-fragmente. En se subdivisant ainsi en une infinité de morceaux microscopiques, il est ingéré par les poissons et rentre dans la chaine alimentaire.
  • Sans parler des ces oiseaux de mers vivant sur ces îles éloignées de plusieurs milliers de kilomètres des continents. Ils récupèrent sur leurs plages les déchets plastique ramenés par les courants océaniques et meurent ainsi, agonisant le ventre plein de plastique, coupables de l’avoir confondu avec leur nourriture habituelle.

Les solutions

La question maintenant est : Que pouvons nous faire ?

Il est aujourd’hui indispensable de prendre conscience de la gravité du problème et de transformer notre état d’esprit et nos habitudes face à ce danger. Des engagements doivent bien sûr être pris à l’échelle mondiale et tout ce que nous pouvons faire pour influencer positivement ces décisions qui tardent à venir doit être fait.

Néanmoins, il y a des décisions que nous pouvons contrôler à 100% : Les Nôtres !

Dans une logique de commencer à impacter le monde en commençant par changer soi-même, voici comment il est possible, chacun à notre niveau, d’agir dès maintenant :

  • S’informer et comprendre le problème des déchets plastiques
  • Limiter sa consommation de plastique au quotidien :
    • Acheter les aliments en vrac et réutiliser les mêmes contenants. De même, au rayon fruits & légumes, tu peux faire peser tes articles et coller l’étiquette directement dessus en évitant l’utilisation d’un sachet plastique.
    • Privilégier les articles contenus dans du verre ou des tétra packs plutôt que dans du plastique (jus de fruits, lait, yaourts…ect)
    • Privilégier les aliments dits à la découpe.
    • Utiliser des sacs réutilisables pour faire ses achats
    • Privilégier les marchés et la vente directe car ainsi les produits sont bruts et ne sont pas soumis à des emballages plastiques.
    • Limiter au maximum les accessoires en plastique (couverts, gobelets, paille…)
  • Utiliser et encourager les bioplastiques (http://www.ecoconso.be/fr/content/ils-sont-bio-mes-plastiques)
  • Comprendre que même lorsque l’on habite à l’intérieur des terres, il faut agir de manière responsable : En effet, quand tu jettes un plastique par terre, le vent peut l’emporter dans la rivière, qui conduit au fleuve et qui mène à la mer. Les gyres –ces puissants courants marins- se chargent alors de d’amasser ces déchets plastiques venant de l’intérieur des continents avec les autres, au milieu de l’océan.
  • Recycler le plastique issu de sa consommation personnelle.
  • Éduquer nos enfants et informer nos amis du problème (par exemple, en partageant cette page sur Facebook)
  • Adopter une attitude respectueuse envers la nature : par exemple, lors d’une balade, si tu trouves un morceau de plastique par terre, n’hésite pas à le ramasser pour le jeter dans un endroit approprié (même si ce n’est pas toi qui l’as jeté…).
  • Et pourquoi pas rendre à la planète ce qu’elle nous a offert en passant quelques heures –seul, avec ses enfants ou des amis- à nettoyer un morceau de plage, de campagne ou de forêt.

En prenant conscience du problème, en adaptant nos comportements individuels et en informant nos communautés pour qu’elles fassent de même, nous pouvons tous, où que nous soyons, agir sur ce problème.

Tu cherchais un moyen simple de contribuer à un monde meilleur ?
Le voici !

u

Qui sommes nous ?

Soupe de plastique est une association à but non lucratif de loi 1901. Elle à pour vocation d’informer et de contribuer à (tenter de) préserver les océans de la menace des « continents de plastique ».

Nous intervenons notamment dans les écoles pour expliquer aux enfants la problématique du plastique dans les océans et faisons des séances de ramassage de déchets sur les plages.

Soutiens-nous.

Le meilleur cadeau que tu puisses nous faire – à nous, mais surtout à ta planète- est de comprendre la problématique et de transformer tes comportements et ta relation avec le plastique.

Néanmoins, tu peux aussi décider de nous soutenir financièrement dans notre démarche d’éducation sur cette problématique majeure en devenant adhérent de l’association.

« Devenir adhérent »

Nous contacter

Tu peux nous contacter par email : hello@soupedeplastique.org
ou via le formulaire ci-dessous :

7 + 6 =